Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
L’émancipation en actes - EPS & Société

Accueil > Contrepied > L’émancipation en actes


Retrouvez les suppléments électroniques dans ce sommaire

édito

  • L’émancipation en actes (J. Lafontan)

Problématique

  • Quel projet social et culturel pour l’EPS ? (B. Cremonesi)

Le dessous des mots

  • Éducation populaire (J-P. Lepoix)

Des pratiques

  • « Opération Cousteau », natation, plongée en classe de 6e (J. Guinot)
  • L’AS féminine de rugby, un défi insensé (M. André)
  • Surprenez-vous, surprenez-moi (A. Caplet)
  • La boxe française pour les filles et les garçons(C. Dramé)

Regard sur l’étude

  • Qu’apprennent les élèves dans les arts corporels en EPS ? (P. Grandclément)
  • Les enjeux de l’enseignement des arts corporels en EPS (O. Clargé)

Regard sur les pratiques

  • L’EPS est l’étude des APSA/PPSA (D. Bouhier)
  • Mixité sociale et démocratisation scolaire (T. Poullaouec)
  • L’échec scolaire n’est pas une fatalité (A. Beitone)
  • Égalité ou équité ? (L. Szerdahelyi)
  • À propos des élèves à besoins éducatifs particuliers (L.Buanec, D.Séguillon)

Controverse

  • Oser agir en escalade ou escalade ? (H. Lacroix)
  • La course longue et le demi-fond en EPS (E.Testud)

Résonance

  • L’art, le sport, le jeu (J-M. Huitorel)
  • Un cinéma pour rêver le sport (J .Camy)

La recherche ça questionne

  • L’EPS peut-elle contribuer au développement des ressources ? (A-M. Heugas-de-Panafieu)

Magazine

  • Rencontre !
  • Milieu social et réussite scolaire, quelles corrélations ? (P. Picard)
  • Trois questions à... Julie Gaucher

Kiosque

CONTREPIED HORS-SÉRIE N°23 – Février 2019

L’émancipation en actes

Colloque

L’émancipation en actes

En novembre 2018, le SNEP et le Centre faisaient à nouveau le pari de rendre la profession actrice de son EPS et la rendre plus adaptée aux formidables besoins d’activité physique que la population exige.

Nos colloques sont de l’éducation populaire dans la meilleure tradition de ce courant ; des idées, des débats, des volontés de faire connaître et, nécessairement, des mises en actes, parce que la pratique vient fédérer et convaincre. Mais cela ne serait pas suffisant si cette démarche n’était pas portée par la vision d’une transformation sociale dont l’émancipation humaine est son but et l’égalité son exigence, à tout moment de l’action, de la réflexion et des décisions. Ce colloque propose ce travail de « fusion » qui ne veut laisser personne sur le bord de la route et croit fermement que l’EPS est une discipline de conquête qui a des atouts et ses acteurs pour les faire valoir dans un mouvement permanent de propositions et de luttes, contestataires, lorsque c’est nécessaire. Ceci n’est pas original mais le devient lorsqu’il s’installe dans la durée car la confiance se conquiert. Les résultats du SNEP- FSU des dernières élections professionnelles en sont la parfaite démonstration et le vif intérêt porté à notre revue ContrePied est un encouragement à persévérer.

Le choix du compte rendu du colloque que nous présentons n’est qu’une partie des débats ; il se veut une incitation à aller sur notre site pour y compléter votre curiosité.

Une chose, toutefois, vous ne saurez rien de l’ambiance chaleureuse, des satisfactions, des frustrations qui s’y sont bien-sûr exprimées, de cette tranche de vie professionnelle, aussi d’humanité que fut ce rassemblement.

Il n’y a plus que le Centre et le SNEP pour proposer aux enseignant-es d’EPS des lieux ouverts de débats sur les enjeux de l’école. Nos colloques font toujours le plein. C’est le signe d’une profession toujours vive et en alerte, et qui compte sur nous pour créer ces espaces de travail collectif.

Quoi de mieux que de soutenir ce travail en adhérant au Centre ?

Jean Lafontan